Sculpture

À la mort de son père en 1964, Louttre.B en deuil arrête de peindre, et se consacre à la sculpture. C'est à ce moment-là que, dans un bois proche de son lieu de résidence, il édifie pendant près de deux ans douze sculptures monumentales de 4m de hauteur en béton sculpté, encore visibles aujourd'hui. Abstraites, parfois vaguement anthropomorphes, elles se posent dans la clairière, massives mais dressées vers le ciel. Leur matière, qu'il réutilisera souvent tout au long de sa carrière, est un mélange inédit de sable jaune de la région au lieu de gravier, qui leur donne une malléabilité et une couleur particulières. Réalisant un coffrage sommaire, il a coulé le béton, attendu qu'il ait pris, enlevé les planches et sculpté dans le frais. 

« Les sculptures de Louttre qui, en cercle, conversent silencieusement au milieu des chênes (…) Elles sont là, et n’en bougeront plus. Elles luttent de tout leur poids contre la mort. »

Baptiste-Marrey

Sculpture monumentale, Lot, 1965

L'artiste utilise le béton sculpté pour certaines de ses oeuvres réalisées à Boissierette, notamment la sculpture de la Villa Dominique, les admirateurs de l'heure ou l'autel de l'Eglise Saint Pierre de Boissierette. Il réalisera également dans les années 80 des bas-reliefs selon ce même procédé, et une trentaine de sculptures de taille plus réduite. 

Sculpture en béton taillé, Lot

Sculptures pour des bâtiments publics

Dès 1966, l'artiste-peintre Louttre.B crée des oeuvres en réponse à des commandes de collectivités territoriales. 

En 1968, il réalise en collaboration avec la Manufacture de Sèvres une fontaine en grès chamotté, qui sera placée au parc de Vincennes.  

La même année, il réalise pour le lycée de Gourdon un bas-relief de ciment et de galets de 175 m2 sur la façade du collège et huit sculptures en béton taillées et incluses dans le mur d'enceinte.

Fontaine en grès chamotté, Manufacture de Sèvres, parc floral de Vincennes, 1968.

Bas-relief, lycée de Gourdon, 1968.

En 1970, il dresse La Danse, une sculpture en ciment armé polychrome de 5m de hauteur, représentant un couple dansant,  installée sur le front de mer de Soulac-sur-mer en Gironde. On peut reconnaître en sculpture sa période nanas, rappelant le cubisme par ses éléments anguleux, mais qu'on aurait "mis à plat" pour en laisser seulement la découpe extérieure. 

Dans le même esprit, Louttre.B sculpte en 1972 Cinq sculptures dans un jardin de pierres, au lycée Monnerville à Cahors dans le Lot, dont on peut retenir le caractère primitif faisant références aux arts premiers et au land art. 

En 1985, il installe une mosaïque de marbre de 60m2 à Monaco. 

La Danse, sculpture mise en place sur le front de mer à Soulac-sur-Mer, Gironde, 1970. 

Cliquez sur la flèche à droite de l'image pour faire défiler les photos

 © 2020 Louttre.B 

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon